Accueil du site > documents > déchets > lombricompost > Installer et utiliser un lombricompost

Installer et utiliser un lombricompost

par arum

5 votes

Comment mener un lombricompost chez soi.

l’installation

construire la compostière.

Il est très facile de construire sa compostière, l’essentiel du travail consiste à trouver les matériaux sans courir dans un magasin, ce qui n’est pas trop difficile en ville. voir fabriquer une lombricompostière.
Voici quelques données indicatives :
Nbre de personnes Quantité de vers (kg) Dimensions boîte (L x l x h cm)
1 ou 2 0.5 60 x 60 x 20
2 ou 3 1.0 60 x 60 x 30
4 à 6 1.5 à 2.0 60 x 90 x 30

1 kg = 2500 individus

se procurer la litière.

La litière se collecte aisément : elle est composée de matière carbonée (feuille morte, herbe, paille, fumier vieilli, retaille de plante…) Il faut en disposer au minimum 15cm dans le fond de la compostière.

se procurer les vers.

Il faut récupérer des vers rouges de fumier. Ce sont des vers rouges qui mesurent entre 3 et 6cm. On les distingue des autres vers par la couleur de leurs entrailles (si on en coupe un en deux, un liquide jaune visqueux s’épanche). Pour que la compostière fonctionne à plein régime, il en faut au minimum 500g pour 1 ou 2 personnes, mais on peut très bien se contenter d’une population d’une cinquantaine de vers et la faire proliférer. Voici comment s’en procurer :

chez un ami lombriculteur. Les vers se reproduisent très vite, une personne possédant déjà un lombricompost peut céder une petite colonie qu’il suffira de faire proliférer.
dans un tas de fumier ou de compost pas trop mûr. Les vers y prolifèrent, soit on fouille le tas à la quête des petits rampants, soit

  • on tapisse une cagette de papier journal,
  • on la remplit de fumier ou de compost,
  • on l’expose 10mn à la lumière (les vers fuient la lumière),
  • on enlève la couche superficielle (environ 5cm) jusqu’à ce qu’on découvre les premiers vers,
  • on répète l’opération jusqu’à obtenir une couche fine qui grouille de vers.
dans un « piège » à vers. Dans un coin de terre, on creuse un trou de 15cm de profondeur et on le remplit d’un mélange de matière sèche (feuille morte, paille, sciure) et de matière fraîche (épluchures, fruits abîmés, restes de cuisine…). Au bout d’une dizaine de jours, il sera envahi par les vers.

l’utilisation

démarrage

On humidifie la litière, elle doit être humide comme une éponge essorée et on la dépose dans le fond de la compostière. On place les vers sur la litière, ils s’y enfouissent très rapidement. Ils mettent 2 ou 3 semaines pour s’acclimater. Il faut donc apporter les déchets de cuisine progressivement en veillant à la surcharge (voir ci-dessous). Si l’on n’apporte pas au départ la quantité de vers nécessaire, il faudra peut-être plus d’un mois avant de pouvoir mettre au compost tout ses déchets de cuisine.

au quotidien

On peut mettre dans la compostière quasiment toutes les matières végétales à condition qu’elles ne soient pas trop dures : les légumes, les fruits, les céréales, le marc de café, les sachets de thé. Par contre, il faut éviter les produits animaux : viande, poisson, œufs, produits laitiers…
  • les déchets de cuisine doivent être enfouis sous 10cm de litière
  • si un tas de matière en putréfaction s’accumule, il y a surcharge, suspendre les apports le temps que la matière soit ingérée par les vers.
  • si le compost est trop sec (il doit être humide comme une éponge essorée), arroser ou apporter des déchets riches en eau.
  • récolter le jus qui s’écoule si nécessaire (dilué à 10%, c’est un excellent engrais).
  • penser à bien refermer la compostière.

récolte du compost

La récolte s’effectue quand la litière est entièrement décomposée, en général au bout de 3 mois d’utilisation à plein régime. Il s’agit en fait de séparer les vers du compost mûr. Le procédé le plus simple consiste à placer de la litière et des déchets dans un endroit inutilisée de la compostière, les vers affamés migrent en une dizaine de jours dans ce nouvel endroit, il ne reste plus qu’à récupérer le compost. En pratique, cela dépend du type de compostière utilisée (voir fabriquer une lombricompostière). Le compost, très humide, peut être mis à sécher. Il n’a pas besoin d’être tamisé.

problèmes


je dois m’absenter. il faut veiller à ce que les vers aient suffisamment à manger, remplir par exemple un second compartiment de litière.
ça sent mauvais. soit les déchets ont été mal enfouis, rajouter une couche de litière ; soit il y a surcharge, suspendre les apports le temps que les matières en putréfaction disparaissent.
les vers s’enfuient ! quelque chose ne leur convient pas : trop sec ? arroser, plus à manger ? apporter de la matière, pas assez d’air ? vérifier que le couvercle ne ferme pas trop hermétiquement.
le compost est envahi de petits vers blancs. ce sont certainement des vers à mouche… si le couvercle est mal adapté ou mal fermé, des mouches se sont infiltrées et ont pondu dans le compost ; une solution consiste à trier le compost pour relâcher ces indésirables dans la nature ; contrôler le couvercle.
je suis envahi par les mouches. c’est la phase suivante d’une mauvaise fermeture du compost… voir ci-dessus : le compost est envahi de petits vers blancs.
des plantes poussent dans le compost. une pomme de terre a germé ? une graine de courge ou de tomates ? arracher la plantule, récupérer la graine et laisser le reste de la plantule dans le compost.

ressources

4 Messages de forum

Répondre à cet article